Clemence Pernoud

  • Créatrice costume

Originaire de Paris, Clémence Pernoud est diplômée en Création scénique à ESMOD International Paris.

Elle a commencé par assister des créateurs costumes sur des productions d’opéra, notamment au Festival d’Aix en Provence, dans des mises en scène de Katie Mitchell, Christopher Alden ou encore Peter Sellars.

Parallèlement, elle signe ses propres costumes sur différents projets scéniques et cinématographiques. Elle a participé à plusieurs projets de La Fémis. Et est créatrice associée au réalisateur Laurent La Rosa qu’elle accompagne dans ses projets filmiques et publicitaires, notamment pour la campagne Myrtle Beach National aux Etats-Unis, et plus récemment pour le clip UFO de Fictions.

Pour la scène, elle a signé ses premiers costumes pour Jean Bellorini dans une pièce de théâtre musical pour le Festival d’Aix en Provence.

C’est à Aix qu’elle a fait la rencontre de Vincent Huguet avec qui elle collabore depuis régulièrement. Citons notamment Encor sur le pavé sonne mon pas nocturne, pour le Festival d’Aix, crée en 2014 ; Love I obey, avec la chanteuse Rosemary Standley créé à la Scène Nationale d’Alençon en 2015, repris à la Philharmonie de Paris et en tournée dans toute la France ; puis en 2016 à l’Opéra de Rouen avec le Poème Harmonique, à l’Opéra de Bordeaux pour Les Voyages de Don Quichotte en 2016 puis La vie parisienne en 2017, mais aussi avec l’Ensemble Correspondances pour mettre en scène les Histoires Sacrées de Charpentier ; et pour un Werther de Massenet au Stadttheater de Klagenfurt en Autriche en 2017. On les retrouvera ensemble au Staatsoper de Vienne en 2019 pour Die Fraue Ohne Schatten de Strauss.

Elle a également collaboré avec le metteur en scène Ted Huffman, dont elle a co-signé Le premier meurtre, une création d’Arthur Lavandier avec Le Balcon à l’Opéra de Lille en novembre 2016. Ainsi qu’avec Philippe Béziat et Florent Siaud pour Pelleas et Mélisande à l’Opéra de Bordeaux en Janvier 2018. Et dernièrement avec Eric Oberdorf pour la création du dernier Festival d’Aix, Seven Stones d’Ondrej Adamek.

Ce qui est primordial dans son approche du costume, c’est le propos qu’il doit servir, celui d’un metteur en scène ou d’un réalisateur qui raconte une histoire. Son travail et ses recherches sont motivés par le fait que le costume, au même titre que le décor, doit appuyer cette histoire, et permettre au spectateur de la comprendre et de s’immerger dans un contexte ou une atmosphère.